Reconstitution E. Daynès 2L’homme de Neandertal est un homme fossile qui a vécu en Europe et au Proche-Orient. Il est apparu il y a environ 200 000 ans et il a vécu jusqu’il y a 30 000 ans. Pas très grand (1,60 mètre), il est très robuste. Son corps, trapu et musclé, est bien adapté au climat froid qui régnait sur l’Europe à cette époque. Très habile pour tailler la pierre, l’homme de Neandertal fabrique une grande variété d’armes et d’outils. Il est le premier homme à enterrer ses morts avec soin, mais on sait aussi qu’il est volontiers cannibale. Il disparait quelques milliers d'années après l'arrivée des homo-sapiens en Europe.

 

Portrait de l' homme de Néandertal

L'Homme de Néandertal est un descendant des premiers hommes qui sont arrivés en Europe depuis le Proche-Orient il y a 500 000 ans. A partir de cette date, le peuplement de l'Europe s'intensifie et les découvertes archéologiques montrent que nous sommes en présence de l'ancêtre de l'Homme de Néandertal. On parle ainsi de pré-Néandertaliens de -500 000 à -300 000 ans (comme l'Homme de Tautavel par exemple). L'Homme de Néandertal s'est développé durant une période qui correspond au Paléolithique moyen et qui s'étend de -300 000 à -35 000 ans. Au gré des alternances entre périodes glaciaires et interglaciaires, il a occupé pratiquement toute l'Europe, ainsi que l'Irak, la Syrie, le Liban, l'Israël, l'Asie centrale et la Sibérie.

kupka

Globalement, l'Homme de Néandertal nous ressemble. Il a une carrure plus carrée et des membres plus trapus. Un adulte mesure de 1,60 à 1,65 m et pèserait 90 kg. Le crâne possède des caractéristiques bien à lui. Il est volumineux et sa capacité crânienne est en moyenne de 1450 cm3 quand celle de l'Homme moderne est en moyenne de 1350 cm3. Vue de face, son crâne est large, son nez est haut et ses pommettes fuyantes. Les orbites sont arrondies et hautes. Vue de profil, il est allongé avec un front fuyant vers l'arrière, il n'a pratiquement pas de menton. Ses dents sont plus grosses que les nôtres.

Environnement naturel

L'Homme de Néandertal a connu de nombreuses fluctuations climatiques où se succèdent des périodes très froides, glaciaires, et des périodes tempérées, interglaciaires, équivalent à notre climat actuel. Ainsi, la faune et la flore se sont modifiées au gré de ces fluctuations. Lors des phases glaciaires, l'environnement était steppique, ouvert, et ils ont entre autres côtoyé mammouths et rhinocéros laineux, rennes, lions, ours et également des hyènes. Lors des phases interglaciaires, le climat se réchauffait ils évoluaient dans des forêts tempérées avec daims, cerfs, sanglier, aurochs, ainsi que lions et ours. Les ossements animaux retrouvés par les archéologues sur différents sites français viennent très bien illustrer les espèces que côtoyaient les Hommes de Néandertal.

La chasse aux mammouths par l’homme moderne (homo sapiens), ainsi que l’utilisation de leurs ossements pour la construction d’habitat (principalement en Russie et en Ukraine) est avérée pour le Paléolithique supérieur. Se pourrait-il que ce type de construction ait été inventé par des hommes avant Homo Sapiens ? Pourquoi pas ! Et bien depuis peu nous pensons que l’Hommes de Néandertal a pu être le premier à réaliser ces constructions. En effet l’homme de Néandertal a longtemps été considéré comme un être archaïque comparé à Homo Sapiens mais de plus en plus d’études récentes viennent contredire cette réputation.

neandertal-angleterreUne nouvelle étude franco-ukrainienne va dans ce sens en tentant de prouver que non seulement l’Homme de Neandertal se nourrissait de mammouths mais qu’en plus il se servait de leurs os pour fabriquer des habitations. Les résultats de cette étude, réalisée par Laëtitia Demay et Stéphane Péan, et coordonnée par Marylène Patou-Mathis et Larissa Koulakovska1 viennent d’être publiés dans la revue Quaternary International. Sur le site de Moldova I situé dans la vallée du Dniestr en Ukraine de nombreux vestiges ont été découverts et étudiés.

Cette étude se base sur un niveau datant du Paléolithique moyen (-300 000 à env. -35 000 ans) qui a livré 3 000 ossements de mammifères, en particulier de mammouth laineux et 40 000 vestiges lithiques moustériens. Les différents vestiges découverts permettent d’établir des zones d’activités distinctes telles qu’une zone de boucherie et une zone de production d’outils. 25 foyers et une accumulation circulaire composée d’ossements de mammouths pouvant être une structure d’habitat ont également été mis au jour sur le site. Autour de cette région, les habitats sont réalisés en os car le bois manque. Après une étude archéozoologique des ossements de cette structure, on peut affirmer que le nombre de mammouths utilisé est d’environ 15 individus. On peut également dire que d’après les stries présentes sur les ossements, les Néandertaliens ont récupérés la viande pour se nourrir.

La structure circulaire en ossements de mammouth semble correspondre à un abri coupe-vent. Il ne s’agit pas d’une habitation couverte comme celles du Paléolithique supérieur faites par les hommes moderne. A l’intérieur nous sommes en présence d’une quinzaine de foyers, d’outils lithiques ainsi que des déchets de boucherie, caractéristiques d’un espace domestique.

Les Néandertaliens seraient donc les plus anciens Hominidés à avoir utilisé des ossements de mammouth pour construire des structures d’habitations. La présence d’ocre sur un certain nombre d’ossements laisse même supposer une certaine recherche de l’esthétique (et/ou du symbolique ?) chez Néandertal.

La culture Néandertalienne

L'Homme de Néandertal vivait en petits groupes aux rythmes des saisons, des mouvements des troupeaux et changeait donc fréquemment d'habitat sur un territoire. Il était nomade. L'archéologie nous révèle des traces de campement à l'entrée de grottes et sur des sites de plein air toujours près d'un point d'eau. Son régime alimentaire était principalement carnivore mais cela ne l'empêchait pas de consommer des coquillages, des poissons et des baies. Comme ses prédécesseurs, il a fabriqué des bifaces mais a surtout développé des outils sur éclats avec la technique dite « Levallois », qui consiste à préparer un bloc dans le but d'obtenir un ou plusieurs éclats de forme prédéterminée dont le tranchant est très efficace.

Les outils pouvaient servir pour différentes tâches. Par exemple le racloir (outil caractéristique de Néandertal), pouvait servir à racler les peaux, travailler le bois ou couper la viande. L'utilisation du feu par Néandertal est attestée par les vestiges d'os et de silex brûlés, et par quelques rares traces de foyer.

Remontage nucléus levallois silexEnfin, leur mode vestimentaire ne nous est toujours pas connue. Ayant vécu durant des périodes très froides, ils ont dû se vêtir mais rien ne nous le prouve. Les peaux animales sont périssables et se conservent très rarement. Nous savons cependant qu'ils avaient les outils adéquats (poinçons en os perçoirs et racloirs en silex) et que certains comme le racloir, avaient des traces d'usure montrant le travail de la peau. Ainsi que des traces d'outils en silex sur des os très pauvres en matière nutritive qui semble indiquer une récupération de la peau.

Le très grand nombre de vestiges lithiques présentés dans les vitrines nous montrent les différents types d'outils réalisés et utilisés par Néandertal, ainsi que les diverses matières premières exploitées. De plus, trois vidéos nous montrent la fabrication de trois outils de cette culture néandertalienne : le racloir moustérien, l'éclat levallois et le denticulé, tout en précisant pour chaque à quoi ils pouvaient servir.

Les comportements symboliques

Les Néandertaliens enterraient leurs morts. Ils ont aménagés les premières sépultures connues au Proche-Orient il y a environ 100 000 ans. De telles pratiques peuvent attester d'une attention portée aux défunts et du souci de les soustraire aux animaux charognards. A ce jour, environ quarante sépultures ont été découvertes et toujours dans un contexte d'habitat d'abris-sous-roche ou en grottes. Les défunts sont des hommes, des femmes, des enfants et très rarement accompagnés d'objets funéraires.

Des moulages de crâne de néandertaliens sont présentés, comme celui d'un jeune garçon découvert en Ouzbékistan, un autre crâne et un squelette entier trouvés en Israël mais également le pied d'un squelette trouvé en Dordogne sur le site de La Ferrassie ainsi que des photographies de l'Homme de la Chapelle-aux-Saints (Corrèze).squelette-homme-chapelle-aux-saints Après avoir évoqué les sépultures néandertaliennes dans le monde, un zoom est fait sur celles du nord-est aquitain. C'est dans cette région que se regroupe un tiers des sépultures connues datées entre -80 000 et -40 000 ans. Les quatre sites importants découverts au XIXème siècle sont présentés : Le Moustier, La Ferrassie, Combe-Grenal et le Pech de l'Azé. 

La disparition de l' homme de Néandertal

Entre -50 000 et -30 000 ans, survient la disparition des hommes de Néandertal, l'arrivée de l'Homme moderne en Europe ainsi que des changements culturels qui montrent l'entrée dans la période du Paléolithique supérieur. Il y a quelques dizaines d'années, une des hypothèses émises quant à la disparition des Néandertaliens est liée à l'arrivée d'Homo sapiens. Ce ne serait pas une coïncidence. Actuellement, aucune trace de « guerre » n'a pu être relevée sur les sites archéologiques. Ensuite, une moins bonne adaptation aux conditions climatiques de la dernière glaciation est également avancée mais rejetée car auparavant la vie de Néandertal a été rythmée par des variations climatiques avec des périodes très froides.

D'autres hypothèses ont été émises mais à ce jour la disparition de Néandertal reste une énigme. Un début de réponse pourrait être trouvé grâce aux études récentes sur l'ADN.

Pour aller plus loin

Les hommes de Néandertal. Errance, 2004.

- Néandertal, mon frère: 300 000 ans d'histoire de l'homme. Flammarion, 2019.