Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

georges danton portraitTout à la fois révolutionnaire idéaliste et bon vivant sensible aux avantages de l’argent, Georges Danton a longtemps été opposé à Robespierre le vertueux, décrit comme froid et psychorigide. Véritable force de la nature, avec un visage d’une laideur puissante qui le fit surnommer le Mirabeau de la canaille, Danton trouva dans la Révolution française l’occasion d’épanouir son tempérament débordant d’énergie et s’imposa rapidement comme un tribun populaire. Considéré comme le sauveur de la France révolutionnaire menacée par les monarchies européennes, il anima la résistance patriotique à la tête du gouvernement. Dépassé par les excès de la Terreur et accusé de corruption, il appellera à la raison et à la réconciliation mais perdra son ultime duel face à Robespierre.

 

Danton, tribun de la Révolution

Georges Jacques Danton, né le 26 octobre 1759, est le fils d’un procureur du bailliage d’Arcis sur Aube. Élève des Oratoriens de Troyes puis étudiant en droit à Paris, avocat au Conseil du roi (1787), rien ne préfigure chez Danton, si proche des sommets de l’Ancien Régime, un engagement révolutionnaire. Pourtant, dès juillet 1789, l’avocat s’engage politiquement et harangue avec talent la foule parisienne. Durant les journées d’Octobre, il appelle son district, celui des Cordeliers, à prendre les armes. Devenu président du club des Cordeliers, qu’il a fondé en mai 1790, il gagne sans cesse en popularité, notamment grâce à ses qualités d’orateur.

Après la fuite du roi à Varennes et la fusillade du Champ-de-Mars (juin-juillet 1791), la répression contre les sociétés fraternelles et la prédilection de Danton pour une monarchie constitutionnelle monocamériste obligent celui-ci à s’exiler en Grande-Bretagne. Rentré en France à l’automne suivant, il accède à la charge d’administrateur du département de la Seine. Après avoir revendu sa charge d’avocat (qui lui assure une belle rente), il s’implique alors de plus en plus en politique. Obtenu fin 1791, le statut de second substitut du procureur de la Commune de Paris est une promotion politique importante pour celui qui s’affirme comme la figure montante des Jacobins — auxquels sont affiliés les Cordeliers.

A la tête du gouvernement révolutionnaire

Son rôle dans la préparation de la journée du 10 Août 1792 qui signe la fin de la monarchie demeure assez obscur. A l’en croire, il fut considérable. Au lendemain de l’événement, Danton entra au Conseil exécutif. Ministre de la Justice, il fut un véritable chef de gouvernement. Gardant son sang-froid dans le commencement de panique provoqué par l’invasion des Prussiens en Champagne, il ranima les énergies. Lors d’un célèbre discours à l’Assemblée législative, le 2 septembre 1792, il appelle avec passion à l’organisation de la défense de Paris et de la France : «... de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace...». La bataille de Valmy (20 septembre) éloigne la menace et marque la première victoire de la République. Il laisse cependant commettre les massacres de Septembre (dont on l’a longtemps accusé d’être l’instigateur). C’est pourtant le même homme qui affirme alors son attachement indéfectible à la liberté de pensée et d’expression.

danton assembleeÉlu député de Paris à la Convention en septembre 1792, il aurait voulu maintenir la collaboration entre Girondins et Montagnards, mais la méfiance à son égard des chefs de la Gironde, en particulier de Mme Roland, le rejeta vers la Montagne. Cependant, il n’en partage pas l’extrémisme, sauf sur la question de la Défense nationale. En dépit de sa modération, il vote la mort du roi Louis XVI en janvier 1793. Le même mois, il se prononce à la Convention pour une annexion de la Belgique, en invoquant la théorie des «frontières naturelles».

Entre terreur et conciliation

Attaqué par la Gironde, qui le dénonçait, non sans raisons, comme un ministre concussionnaire, il dut s’appuyer de plus en plus sur les Montagnards, bien qu’il fût déjà favorable à des mesures de compromis et à la recherche d’une paix négociée. C’est lui qui fit décider la création au Comité de salut public (6 avril 1793), dont il allait être, jusqu'en juillet, le président de fait. Il ne prit aucune part active à l’élimination des Girondins, mais laissa faire, comme en septembre 1792. En réalité, fl s’efforçait de retarder l’heure du gouvernement révolutionnaire, allant jusqu'à demander la suppression des comités de surveillance et faisait des ouvertures secrètes au ministre des Affaires étrangères anglais, lord Grenville.

Danton jouit alors de la même notoriété que Maximilien de Robespierre. Mais il pâtit du fait qu’il ne sait pas, à la tête du Comité de salut public, établir une politique permettant de museler les contre-révolutionnaires. La Convention le blâme entre autres de n’avoir pas su prévenir la trahison de Dumouriez malgré l’enquête dont on l’a chargé en novembre 1792. Quant à ses coreligionnaires jacobins, ils lui reprochent son image de bon vivant enclin à s’enrichir, un travers contraire à l’idéalisation de la « vertu » révolutionnaire.

Le dernier combat de Danton

Le 10 juillet 1793, Danton est éliminé du Comité de salut public, où entrait Robespierre. Enrichi par la Révolution, remarié après quelques mois de veuvage avec une jeune fille de dix-sept ans, il s’éloigna un certain temps de la politique, ce qui nuisit beaucoup à sa popularité. Quand il revint à la Convention (novembre 1793), il s’opposa, comme Robespierre, à la politique de déchristianisation déclenchée par les extrémistes, mais il aspirait, lui, à la fin de la Terreur et à l’application de la Constitution de 1793. il prône le retour à un gouvernement normal, s’appuyant sur les couches les plus larges de la bourgeoisie, assuré de survivre grâce aux victoires remportées aux frontières par les années révolutionnaires en cette fin de l’année 1793.

excecution danton mirabeauAvec ses amis, notamment Camille Desmoulins, qui lançait son club le Vieux Cordelier, Danton déclencha une campagne en faveur de la clémence. Mais les Jacobins reprirent les attaques contre son amoralité politique, lancées quelques mois plus tôt par les Girondins. Les dantonistes, dénoncés comme la faction des « Indulgents », furent abattus six jours à peine après l’exécution de la faction opposée des hébertistes. Dans la nuit du 29 au 30 mars 1794, Danton fut arrêté ainsi que ses amis, entre autres Desmoulins, Hérault de Séchelles, Fabre d’Églantine. Devant le Tribunal révolutionnaire, où il fut traduit le 2 avril, il se défendit avec une telle énergie que la Convention, craignant que son éloquence ne retourne la foule, vota en hâte un décret permettant de juger hors des débats tout prévenu qui insulterait la justice du peuple. Sans avoir pu se faire entendre, il fut donc condamné à mort et exécuté le 5 avril 1794. «Tu montreras ma tête au peuple, dit-il au bourreau, elle en vaut la peine. »

Bibliographie

Danton: Le géant de la Révolution, de David Lawday. Albin Michel, 2012.

Danton - Le mythe et l'Histoire, de Michel Biard. Armand Colin, 2016.

Quand Robespierre et Danton inventaient la France, d' André Stil. Grasset, 1988.