Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

louis xviL'histoire n'a pas toujours été tendre avec Louis XVI. Longtemps dépeint comme médiocre voir idiot, le souverain est bien plus subtil qu'on ne l'a laissé dire et son règne est ponctué de quelques succès : alliance avec l'Autriche, soutien aux insurgés d'Amérique, encouragement aux découvertes scientifiques... Pourtant, sa confrontation avec une crise économique, sociale et financière sans précédent en France se terminera de façon tragique pour le monarque. Héritier et gardien d'une monarchie française à bout de souffle, il finira emporté par le tumulte de la Révolution.

La naissance de Louis Auguste

Le petit fils de louis XV eut un destin tragique non seulement à la fin de sa vie, mais dès sa première jeunesse, perdant en moins de six ans son père, sa mère et son grand frère. Mis souvent à l'écart, il devient solitaire. Grâce à ses précepteurs, il acquiert pourtant une très bonne éducation et les principes pour accéder au pouvoir. Une jeunesse mouvementée et triste qui explique peut-être ses états d'âme de Roi.

duc de berryEn 1754, Louis Ferdinand, 24 ans, dauphin et fils de Louis XV, attend son quatrième enfant. Pourtant l'année avait mal commencé : le 22 février, le duc d'Aquitaine âgé de six mois, meurt de la coqueluche. Un nouveau fils nait le 23 août 1754. L'enfant est immédiatement ondoyé à l'église Notre-Dame de Versailles et rapporté à sa mère. Le roi rentre rapidement de Choisy, découvre un bébé « plus gros et plus grand qu'aucun des enfants de Madame la Dauphine », le contemple, le prénomme Louis Auguste et lui attribut le titre de Duc de Berry, troisième dans l'ordre de succession au trône.

Dès cet instant, le nouveau-né est confié à Madame de Marsan, gouvernante des enfants de France. L'annonce est faite aux souverains d'Europe ainsi qu'au pape, un Te Deum est chanté dans la chapelle du château qui accueille Louis XV et Marie Leszczynska. Après que les cloches aient sonné dans tout Paris, le roi allume de sa main, un feu d'artifice au moyen d'une fusée courante.

La première jeunesse du duc de Berry

Sa santé est très fragile pendant les premiers mois, à tel point que l'on change de nourrice. Sevré à dix huit mois, le médecin conseille une cure d'air pur à Meudon et un traitement contre la variole. Pour ne pas être seul, son frère aîné est autorisé à l'accompagner entre mai et septembre 1756. Madame de Marsan, chargée de leur apprendre la lecture, l'écriture et l'histoire sainte, ne va pas lui offrir son affection : elle préfère le cadet comte de Provence et porte toute son attention sur l'héritier le duc de Bourgogne. Le petit duc de Berry se sent très seul et délaissé. Sa mère s'occupe de l'enseignement de l'histoire religieuse, son père surveille les jeux et leur apprend les langues et la morale. Mais là aussi, les parents portent plus d'intérêt à l'aîné, considéré comme plus intelligent et pieux.

La VauguyonA l'âge de 7 ans, les enfants passent sous la responsabilité du duc de La Vauguyon, assisté de quatre adjoints. Le duc de Bourgogne quitte donc ses frères en 1758 pour être préparé à régner et le petit duc de Berry qui n'a que quatre ans, est laissé de côté et souffre beaucoup de cette séparation.

Au printemps 1760, à la suite d'une chute de cheval de l'aîné et bien qu'il n'ait pas atteint les 7 ans, Louis Auguste est autorisé à quitter les femmes, à rejoindre son frère alité et à suivre les mêmes études dispensées par l'équipe de Monsieur de La Vauguyon. En novembre, l'état de santé se dégrade rapidement, le duc de Bourgogne est atteint d'une tuberculose pulmonaire et osseuse. Rapidement, il est baptisé, reçoit l'extrême onction le 16 mars 1761 et meurt dans la nuit du 20 mars.

Le jeune duc de Berry n'a heureusement pas vu disparaitre son frère aîné ; il est alité pour cause de grosse fièvre, due certainement à l'angoisse et le désespoir de voir son grand-frère très malade. Il est traumatisé lorsqu'il apprend sa mort. Pire encore lorsqu'on l'installe dans les appartements du duc de Bourgogne disparu ! Il ne peut pas compter sur l'amour de ses parents qui le trouvent taciturne et maussade et qui se tournent vers le comte de Provence. Pour clore le tout, on fait un baptême « groupé» des duc de Berry et comte d'Artois en octobre 1761.

En août 1765, le dauphin Louis Ferdinand contracte une violente fièvre et meurt en décembre ; avant que sa mère ne disparaisse elle aussi en mars 1767 des suites de la tuberculose, Louis Auguste fait en urgence sa confirmation et sa première communion en décembre 1766.

En moins de six ans, Louis Auguste qui n'a pas 12 ans, a perdu son grand-frère, son père et sa mère !

Un élève studieux et doué

Le duc de La Vauguyon recrute un adjoint supplémentaire pour enseigner la morale et le droit public. Le père Berthier pousse Louis Auguste à penser par lui-même en prônant la méthode du libre examen. Il lui demande de rédiger dix-huit maximes morales et politiques inspirées par l'ouvrage de Fénelon « les aventures de Télémaque ». Le jeune garçon insiste sur le libre commerce, la récompense des citoyens, l'exemple moral que le roi doit pouvoir montrer. La Vauguyon est enchanté, à tel point qu'il laisse le jeune duc imprimer ce travail, lui fournit une presse et les moyens de sortir vingt-cinq exemplaires. Le jeune est si content qu'il en offre un à son grand père, mais ne reçoit pas les félicitations qu'il attendait...Le roi se contente de dire « Monsieur le dauphin, votre ouvrage est fini, rompez la planche ». Il faut quand même souligner que les maximes portaient surtout sur la morale et la vertu !

Malgré cet accueil froid, Louis Auguste se lance dans un second ouvrage « Réflexions sur mes entretiens avec monsieur le duc de La Vauguyon » et y exprime sa vision libérale de la monarchie lorsqu'il écrit que « les rois sont responsables de toutes les injustices qu'ils n'ont pas pu empêcher ».

Louis AugusteConsidéré comme insignifiant, rêveur, maladroit, manipulable, le dauphin est un élève doué, consciencieux, passionné par la géographie, les mathématiques, la physique, la rhétorique, l'astronomie. Il excelle en écriture, en grammaire, en logique, en droit public, en histoire, danse et escrime. Il apprend le latin, l'allemand, l'italien et maitrise parfaitement l'anglais. Un peu plus tard, il débute des leçons d'équitation et se passionne pour les arts mécaniques comme l'horlogerie et la serrurerie. Bien qu'il soit doué dans tous ces domaines, il est timide et manque de caractère, même s'il est à l'aise en accueillant les historiens et les philosophes à la Cour, faisant parfois preuve d'humour. Son grand père approche des 60 ans et montre enfin quelque intérêt au dauphin, même si celui-ci n'a pas de disposition en matière de politique et de guerre, n'ayant pas assez de connaissances dans ces domaines.

La fin de l'apprentissage

Vers 1770, le roi constate que Louis Auguste pourra lui succéder sans régence et pense alors à le marier. L'abbé Soldini, le prêtre au chevet du roi lors de l'attentat de Damien et qui est en charge de l'instruction religieuse du dauphin, insiste sur les « mauvaises lectures » à éviter et lui conseille de rester bon, franc, ponctuel, ouvert et fidèle à sa future épouse. Cet abbé deviendra d'ailleurs son confesseur lorsqu'il sera Louis XVI.

Le dauphin a presque 16 ans maintenant, il est devenu grand et pourvu d'une forte musculature. Il reste timide, affichant un regard sombre et n'osant pas poser les yeux sur son vis-à-vis. Solitaire, il n'a aucun favori ; il parle « haut perché », impressionnant désagréablement ses interlocuteurs.

Malgré ses défauts, la Cour le considère comme parfaitement capable de mener sa vie de prince, sans autre règle de conduite que celle qu'il mène. Docile face à ses instructeurs, dans quatre ans, il pourra monter sur le trône, animé par la volonté de mettre en pratique les préceptes inculqués par ses maîtres.

Lorsque Louis XV meurt, le 10 mai 1774, le dauphin, son petit-fils, est un jeune homme de 19 ans, Louis-Auguste, dauphin en titre depuis la mort de son frère aîné en 1761. Si la mort de Louis XV suscita un profond soulagement dans la population, l’avènement du jeune roi fit naître de grandes espérances. Réputé bon et généreux, le nouveau roi était également d’une moralité irréprochable qui garantissait qu’on ne verrait plus régner à la Cour de ruineuses favorites comme à la fin du règne précédent. Mais le jeune Louis XVI allait devoir mener dans son royaume plusieurs chantiers majeurs et faire bientôt face à une crise économique et financière qui allait bouleverser l’ensemble de la société française. 

Les premiers pas du règne : le ministère Turgot 

Lorsqu’il monte sur le trône, Louis XVI hérite d’une crise déjà vieille de plusieurs décennies : la crise parlementaire. Les parlements, ces tribunaux d’Ancien Régime, se considèrent en effet, depuis le début du XVIIIème siècle, comme les défenseurs des populations des provinces face aux abus du pouvoir monarchique. En réalité, la position sociale des parlementaires et le mode d’acquisition de leurs charges, qui sont vénales et héréditaires, font que ceux-ci n’ont aucun intérêt commun avec la majeure partie de la population française. Néanmoins, ils se servent de leur droit de remontrance sur les édits royaux comme d’une arme de contestation, et refusent à plusieurs reprises d’enregistrer les actes législatifs du roi. Pour briser cette opposition, le roi peut procéder à un lit de justice ou, dans les cas les plus extrêmes, exiler le parlement hors de sa ville. Louis XV avait eu plusieurs fois recours à cette mesure et, lors de l’avènement de Louis XVI, le parlement de Paris est exilé depuis qu’il s’est opposé aux réformes du chancelier Maupeou en 1771. L’un des premiers actes politiques de Louis XVI consiste à rappeler le parlement à l’automne 1774. 

De fait, Louis XVI contribue à reconstituer une force conservatrice qui s’était toujours accrochée à ses privilèges et avait constamment refusé les réformes pourtant nécessaires proposées par le souverain. Louis XVI est un roi profondément pénétré de l’importance du respect des lois fondamentales du royaume de France et il ne souhaite donc pas aller à l’encontre de cette institution traditionnelle. 

TurgotPour l’heure, Louis XVI nomme ministre des Finances l’homme qui a écrit les articles économiques de l’Encyclopédie, Turgot. Ce ministre va aussitôt lancer une série de réformes extrêmement audacieuses comme la liberté du commerce des grains ou l’abolition de la corvée royale, des maîtrises et des jurandes. Turgot n’aura cependant pas le temps de mener à bien toutes ses réformes car il est contraint à la démission en 1776. Son projet ambitieux de « subvention territoriale uniforme », c’est-à-dire un impôt payé par tous, y compris le clergé et la noblesse, avait suscité les oppositions les plus vives des privilégiés par la voix des parlements. 

La crise économique et financière 

En deux ans, Turgot avait bâti un système de perception d’impôts permettant à la France d’avoir des finances saines et de ne devoir recourir à l’emprunt. Mais cet ensemble va être totalement ruiné par la participation de la France à la guerre d’indépendance des Etats-Unis à partir de 1776. Les tractations diplomatiques de Benjamin Franklin, envoyé par les Insurgents à Paris, avaient finalement entraîné la France dans la guerre contre la Grande-Bretagne. Le ministre des Affaires Étrangères français, Vergennes, espérait ainsi laver l’affront fait à la France en 1763 à la fin de la Guerre de Sept Ans. Si la guerre fut un succès militaire pour les Franco-Américains, elle creusa considérablement le déficit des finances du royaume. 

L’homme nommé au poste de ministre des Finances pour tenter de combler ce déficit fut le banquier genevois Necker. Il consentit à contracter un emprunt mais avait bien conscience que cela serait inutile sans une réforme profonde du système fiscal du royaume. Les expériences nouvelles qu’il tenta de mener déclenchèrent l’hostilité des parlements. Ne pouvant venir à bout de ces oppositions, il publia un Compte rendu au roi où il dévoila au public l’état des finances de l’État. En réalité, ce bilan était faux car il y avait omis les dépenses militaires, les véritables responsables du déficit. En révélant combien coûtaient réellement au pays les ordres privilégiés, Necker s’attira la sympathie du grand public, mais concentra sur lui l’hostilité de la noblesse qui obtint son renvoi en 1781. 

Il fallut attendre 1783 pour qu’un ministre des Finances s’attaque de nouveau au problème du déficit. Entre-temps, celui-ci était devenu la principale préoccupation de l’État. Ce nouveau ministre, Calonne, dut de nouveau recourir à l’emprunt et lança une véritable campagne de communication afin de restaurer la confiance en la bonne santé financière de la France. Mais, sans s’attaquer au cœur du système fiscal, de tels expédients ne pouvaient avoir d’effets durables. Le déficit continuait de se creuser toujours plus et Calonne dut se résoudre à présenter au roi un plan d’économies beaucoup plus drastique. 

Entre-temps, la situation économique du pays s’était considérablement dégradée. L’accord de libre-échange conclut avec la Grande-Bretagne en 1786 était alors en cause : en permettant l’afflux massif en France de marchandises industrielles à bas prix, il avait conduit au chômage des milliers d’ouvriers dans les villes manufacturières françaises. Cette population misérable, de plus en plus nombreuse, inquiétait fortement les autorités royales qui craignirent un embrasement à la moindre étincelle. 

La reine et le discrédit jeté sur la Cour 

marieantoinettePour comprendre les errements de la politique de Louis XVI dans les premières années de son règne, il est nécessaire de percevoir le rôle de la Cour et principalement de la reine auprès du roi. On a souvent critiqué le manque de volonté et de fermeté du roi, son irrésolution et sa faiblesse face aux courtisans et à sa femme. De fait, Louis XVI a été élevé au sein du parti dévot de la Cour de Versailles, ce qui ne le prépara guère à accepter facilement les projets de modernisation que lui proposèrent ses ministres. Il céda d’ailleurs face aux récriminations des privilégiés qui réclamèrent le départ de Turgot en 1776. Cela explique que la plupart des grandes réformes du règne ne purent jamais aboutir ou ne débouchèrent que sur des demi-mesures : les ministres manquèrent toujours du soutien du roi face à l’opposition des nobles ou des parlements. 

La personnalité de la reine, Marie-Antoinette d’Autriche, a également eu un rôle important dans cette période. Mariée au dauphin en 1770, elle est la garante de l’alliance entre la France et l’Autriche. Face à cette étrangère subsista toujours une sourde méfiance qui encouragea la propagation de nombreuses rumeurs à son sujet. On moquait également le peu d’empressement de Louis XVI auprès d’elle, et on lui prêta par conséquent une foultitude d’amants ainsi qu’une relation avec la comtesse de Polignac. En réalité, sa spontanéité et son dédain pour l’étiquette rigide de Versailles provoquèrent la réprobation d’une population très attachée au respect des valeurs et des protocoles de la monarchie. 

Un coup très rude fut porté au prestige de la Cour en général et de la reine en particulier par l’affaire du collier en 1785. Cette vaste escroquerie montée aux dépens du cardinal de Rohan confirma auprès de l’opinion la réputation de légèreté de mœurs de Marie-Antoinette et ne fit que renforcer l’hostilité à son égard bien qu’elle n’eût, objectivement, aucune part dans l’affaire. 

Sortir de l’impasse : les États généraux

Alors que commence l’année 1787, Calonne n’a plus aucun moyen de faire face au déficit. Les nouveaux emprunts levés ne servent qu’à payer les intérêts des emprunts précédents. On évoque alors la possibilité de convoquer les États Généraux, antique institution monarchique dont la fonction est théoriquement de consentir à de nouveaux impôts levés par le roi. Pour éviter ce recours, Calonne créé une assemblée de notables qui remplirait ce rôle. Placer tous les espoirs de relever la situation financière du pays dans une assemblée, même composée de privilégiés, voilà qui constitue déjà une révolution.

etats generaux 1789L’état critique du Trésor royal, auquel s’ajoutent l’op­position nobiliaire à l’abso­lutisme, le malaise social et économique, décide Louis XVI à rappeler Necker et à convo­quer les états généraux (mai 1789). Les membres du tiers état, enfin réunis, refusent de s’en aller si le monarque n’ac­cepte pas des réformes. Consti­tués en Assemblée nationale, ils sont rejoints par des dépu­tés du clergé et de la noblesse. Le 20 juin, par le serment du Jeu de paume, ils s’engagent à donner à la France une Consti­tution. Louis XVI, rétif, ne peut plus faire sem­blant de les ignorer. La monarchie absolue va s’effacer peu à peu devant la monarchie constitu­tionnelle.

Louis XVI dans le tumulte de la Révolution française

Par crainte d’un complot aristocratique, le peuple de Paris se soulève : c'est la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. Louis XVI rentre à Paris le 17, tandis que les premiers aristocrates partent en exil. L’Assemblée natio­nale vote l’abolition des pri­vilèges dans la nuit du 4 août et proclame la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Louis XVI rechignant à prendre acte de ces changements, la population parisienne va le chercher à Versailles le 6 octobre et le ramène aux Tuileries. Les constituants poursuivent leur travail et, à la fête de la Fédération, le 14 juil­let 1790, le roi et le peuple sont réunis en une bonne entente toute d’apparence. Toujours hostile aux réformes qui vont à l’encontre de ses convictions de monarque, le roi tente de quitter Paris le 20 juin 1791 mais est arrêté à Varennes, puis ramené à Paris. La Constitution est pro­mulguée le 14 septembre 1791. Le pouvoir exécutif revient au désormais roi des Français.

excecution louis xvi 1793La fuite de Varennes signe néanmoins la rupture définitive entre le peuple et le roi. L’atti­tude hésitante et contradictoire du monarque dès le début de la Révo­lution, l’influence de son épouse et de ses frères (le comte de Provence et le comte d’Artois), l’appui secret donné aux émi­grés, les veto suspensifs sous l’Assemblée législative, desti­nés à freiner la Révolution, et les négociations secrètes avec l’ennemi après la déclaration de guerre contre l’Autriche (avril 1792) avaient déjà bien entamé le prestige royal. Le manifeste de Brunswick mena­çant de raser Paris si la famille royale n’est pas respectée pro­voque l’indignation populaire et l’insurrection du 10 août 1792. Les Tuileries sont prises d'assaut et le roi et sa famille doivent se réfugier à l'assemblée nationale.

Prisonnier de la Com­mune insurrectionnelle, le roi est suspendu de ses fonctions et enfermé à la prison du Temple. Le procès de louis XVI s'ouvre le 11 décembre 1792 dans une ambiance houleuse. « Louis Capet » est jugé et déclaré coupable de « conspiration contre la liberté de la Nation ». Condamné à mort sans appel au peuple ni sursis, malgré l’attitude modérée des Girondins, il est exécuté le 21 janvier 1793 à 10 heures du matin, sur la place de la Révolution (place de la Concorde). Il déclare avant sa mort : « Je pardonne aux auteurs de ma mort. Je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne tombe pas sur la France. »

Bibiographie

Louis XVI de Jean-Christian Petitfils. Perrin, 2005.

Les Rois qui ont fait la France : Louis XVI de Georges Bordonove. Pymalion, 1983