Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

etudiants mai 68A la fin des années 60, une crise de confiance secoua le monde moderne occidental, remettant en cause les institutions et la société de consommation. En France, la crise prend naissance en mai 68 dans les universités où les étudiants s’inquiètent de leur avenir et rejettent le système de sélection. Ils expriment en même temps leur aspiration à d’autres formes de rapports humains, à une évolution libérales des moeurs et à une abolition des hiérarchies. Ce mouvement de contestation étudiante devient un mouvement social lorsque les syndicats appellent à leur tour à la grève. Après avoir vacillé, le pouvoir gaulliste et les institutions sortiront renforcés de l’épreuve de la crise de mai 68. Cette dernière initiera néanmoins de profonds changements dans la société française.

 

Les germes de Mai 68

Dans le monde entier, le printemps 1968 fut marqué par une agitation étudiante qui se cristallisait sur la protestation contre la guerre du Viêt-Nam mais, au-delà de l’événement, visait dans la puissante Amérique la moderne «société de consommation», accusée de produire pour produire, sans que soit posée la question fondamentale de la destinée humaine. Dans ce malaise étudiant devait se développer une critique de l’Université qui, aussi bien dans le système capitaliste que dans le système soviétique, se trouve réduite de plus en plus au rôle d’une fabrique de cadres, distribuant un savoir conforme à des normes utilitaires.

La crise française de mai 1968 apparaît donc comme l’un des aspects d’une crise plus générale de la civilisation mais elle devait être particulièrement aiguë dans un pays qui, après dix ans d’autorités de stabilité ministérielle, de personnalisation du pouvoir, éprouvait le besoin confus d’une grande «fête» qui lui permît, pendant quelques semaines, d’échapper aux contraintes pesantes de la société moderne.

La révolte étudiante

La révolte étudiante, qui couvait à l’université de Nanterre depuis le 22 mars 1968, date de l’arrestation de quelques militants du Comité Viêt-nam», éclata à la suite de la fermeture de la Sorbonne sur l’ordre du gouvernement et à la demande du doyen Roche (3 mai). Aux yeux de ceux qui assistent à la scène, cela représente un viol inacceptable des vieilles franchises universitaires : les voitures de police sont bombardées de projectiles divers pris sur les chantiers du Quartier latin. La police, un moment débordée, réplique en chargeant les regroupements étudiants (matraquant au passage les simples passants et les consommateurs aux terrasses des cafés) et en lançant des grenades lacrymogènes qui asphyxient les automobilistes pris au piège d'un gigantesque embouteillage. Les radios relatant en direct l'événement, bon nombre d’étudiants accourent, alors que des renforts de police sont envoyés rétablir l’ordre : les affrontements se poursuivront une bonne partie de la soirée.

revolte etudiante 68Dès le lendemain, la mobilisation estudiantine se développe : les universités parisiennes se mettent en grève les unes après les autres, des cortèges se forment ici et là dans la capitale, ponctués de petits accrochages avec la police. L’Union nationale des étudiants de France (UNEF), présidée par Jacques Sauvageot, le Mouvement du 22 mars de Daniel Cohn-Bendit, la majorité du Syndicat National de l'Enseignement Supérieur (SNE-Sup) organisent tous les soirs de grandes manifestations pour exiger le retrait des forces de l’ordre du Quartier latin, la réouverture de la Sorbonne et la libération des étudiants emprisonnés. Le mardi 7, plusieurs dizaines de milliers d'étudiants traversent Paris, remontent les Champs-Elysées et chantent « l’Internationale » devant la tombe du Soldat inconnu. Le vendredi 10, une foule considérable encercle littéralement la Sorbonne, toujours « protégée » par les forces de l’ordre. A partir du 10 mai, le quartier Latin connut plusieurs «nuits des barricades», et des affrontements extrêmement violents eurent lien désormais entre les étudiants (de 10 à 30 000) et les forces de l’ordre, policiers et C.R.S.

De la Sorbonne aux usines

Surpris autant que le gouvernement par l’ampleur du mouvement étudiant, à la tête duquel s’affirmaient de jeunes chefs anarchistes, maoïstes ou trotskistes comme Daniel Cohn-Bendit, Alain Geismar, Jacques Sauvageot, les hommes politiques de l'opposition parlementaire, les communistes, les socialistes, F. Mitterrand, P. Mendès France, manifestèrent leur solidarité. Rejoints par les syndicats, un grand défilé populaire réunit près d’un million de personnel le 13 mai, dixième anniversaire du putsch d’Alger qui avait sonné le glas de la IVe République. Le soir même, les étudiants occupaient la Sorbonne. Dès le lendemain, le monde ouvrier commençait à bouger.

Malgré l’annonce des premières grèves, le Général de Gaulle, qui ne mesurait pas l'ampleur du péril, entreprenait en Roumanie un voyage officiel prévu depuis longtemps. Dans les jours suivants, les grèves avec occupation d’usines se multiplièrent à Paris et en province. Dès le 18, le général de Gaulle devait interrompre son voyage et rentrer à Paris. Le 20, on comptait 6 millions de grévistes en France. Le gouvernement, abandonné par l’O.R.T.F. qui réclame l’objectivité des l’information, apparaissait stupéfait, apathique, impuissant. Le chef de l’Etat, qui avait proclamé à son retour dans la capitale : «La réforme, oui, la chienlit, non ! », annonçait, dans son allocution du 24 mai son intention de procéder à un référendum sur la participation, mais ses paroles ne semblaient rencontrer qu’une immense indifférence.

affice mai68La France vivait tout à coup à l’heure de la démocratie directe, dans une atmosphère qui n’était pas sans analogie avec celle de 1848. Après des années de «dépolitisation», une sorte de frénésie de liberté totale, de «contestation» s’emparait des milieux de l’enseignement, du syndicalisme, du théâtre, du cinéma, de l’architecture, de la littérature, du barreau, de la médecine, de la recherche scientifique, de l’Église... Les grands thèmes du mouvement de Mai (autonomie universitaire et professionnelle, cogestion, autogestion, pouvoir etudiant, pouvoir ouvrier, etc.) étaient discutés passionnément, au milieu des pavés arrachés et des voitures incendiées par les manifestants. Une floraison de slogans et de formules souvent imaginatives et poétiques, rappelant les temps du surréalisme, faisait irruption en graffiti sur les murs et en affiches confectionnées à la hâte.

On discutait à la Sorbonne, à l’Odéon transformé en forum permanent, dans les bureaux, dans les usines, dans les rues. Ce mouvement débordait de beaucoup la politique et échappait complètement aux politiciens professionnels. Du haut en bas de la société surgissait une immense interrogation sur le sens du monde, de la culture, de la vie sociale et personnelle. Le Premier ministre, Georges Pompidou, se laissait lui-même un peu emporter par ce mouvement lorsqu’il déclarait que «les choses ne seraient plus jamais comme avant».

Les accords de Grenelle

Cependant la Ve République devait être sauvée par l’absence d'un projet politique commun chez ses opposants. La révolte étudiante avait trouvé d’emblée de vives sympathies parmi les syndicalistes de la C.F.D.T. En revanche, la C.G.T. et le parti communiste, considérant qu’il n’existait pas en France de véritable situation révolutionnaire, virent dans cette irruption du gauchisme (dénoncé en son temps par Lénine) le péril numéro un. Tout en suivant le mouvement, cégétistes et communistes étaient résolus à le ramener sur le terrain qui leur était familier, celui des revendications ouvrières. Cette attitude correspondait bien d'ailleurs aux sentiments de la majorité du monde ouvrier, qui ne songeait nullement, comme les étudiants issus de la bourgeoisie, à abattre la «société de consommation», mais plutôt à obtenir une plus juste répartition de ses avantages. Entre les étudiants et les intellectuels, qui aspiraient à une révolution radicale(autant spirituelle que sociale, et d'orientation assez anarchiste) et la masse de la classe ouvrière, qui réclamait essentiellement des augmentations de salaires, une amélioration des conditions de travail, le divorce s’accentua rapidement.

negociations accords grenelleTirant parti habilement de cette situation, Pompidou obligea le patronat à des concessions très importantes lors des accords de Grenelle. ceux-ci prévoient en particulier une forte augmentation du SMIG (environ 35 %), une hausse des autres salaires d’environ 10 % à réaliser en deux fois, la reconnaissance de la section syndicale d’entreprise, la diminution du ticket modérateur de la Sécurité sociale, le paiement à 50 % des heures de grève ; sont également envisagées la réduction d’une heure de la durée hebdomadaire du travail, une meilleure formation du personnel, la revalorisation de la retraite des vieux travailleurs.

Pour les éléments « révolutionnaires » qui veulent faire de ce vaste mouvement un instrument de remise en cause du pouvoir capitaliste, comme pour la plupart de ceux qui voudraient obtenir des changements substantiels concernant les conditions de travail et la définition des tâches, il ne s’agit que de quelques avantages « quantitatifs » qui s’évaporeront avec l’inflation. Repoussés par la base qui désavoue les directions syndicales, ils ne seront pas signés, mais un certain nombre de dispositions seront toutefois appliquées (en particulier concernant les augmentations de salaires).

La situation apparaît donc totalement bloquée. Bien plus, ce même 27 mai, une nouvelle manifestation estudiantine suivie d'un grand meeting au stade Charléty a lieu à l’appel de l'UNEF, du PSU de Michel Rocard, et d'une partie de la CFDT ; Pierre Mendès France y assiste. Les propos qui y sont tenus affirment que la solution à la crise est « révolutionnaire ». Il est vrai que plus rien ne fonctionne dans le pays et que, au sein de la haute administration comme dans les ministères, les responsables « préparent leurs valises ». Cependant la classe politique traditionnelle ne veut pas se laisser déborder : le lendemain 28 mai, François Mitterrand donne une conférence de presse durant laquelle il constate la vacance du pouvoir et propose la constitution d’un gouvernement provisoire présidé par P. Mendès France ; il demande l'élection d'un nouveau président de la République et pose aussi sa candidature. De même, le Parti communiste, dénonçant « l'anticommunisme » des gauchistes de Charléty, appelle à la formation d'un « gouvernement populaire ».

Le pouvoir de la rue et la détermination ouvrière vont-ils avoir raison du régime et du « plus illustre des Français » ? On peut le penser quand le 29 mai les milieux « bien informés » apprennent que le Général de Gaulle a quitté la capitale pour une destination inconnue. On apprendra qu’il s'est rendu en hélicoptère rencontrer à Baden-Baden le général Massu, commandant en chef des forces françaises en Allemagne. On ne saura jamais pour quelle raison. Allait-il s’assurer de la fidélité de l'armée ? Ou bien s'agissait-il d'une mise en scène destinée à créer une peur du vide favorisant son retour ?

La victoire gaulliste et la fin de la crise de Mai 68

defile 30 mai gaullistesEn cette fin du mois de mai commençait à se faire sentir, à Paris et surtout en province, le poids de la «majorité silencieuse», qui stupéfaite devant la brutalité de la crise, avait assisté passivement aux manifestations et aux violences, mais éprouvait une irritation croissante devant la paralysie du pays par les grèves, par la fermeture des banques, l’arrêt des transports en commun, le manque d’essence. Le général de Gaulle, réconforté par son contact le 29 mai avec les chefs militaires des troupes stationnés en Allemagne, décida alors de rentrer en scène. Le 30 mai, alors que beaucoup d’observateurs en France et à l'étranger attendaient déjà la nouvelle de sa démission, il prononça sur un ton très énergique un bref discours radiodiffusé dans lequel il annonçait le report sine die du référendum, la dissolution de l’Assemblée nationale et de nouvelles élections législatives. A ce discours répondit quelques heures plus tard une imposante manifestation d’un million de gaullistes dans l’avenue des Champs-Elysées. Dès le lendemain, le gouvernement obtint un grand succès psychologique en assurant la distribution de l’essence. Cependant le travail dans les usine ne reprit que très lentement, dans la première quinzaine de juin.

La gauche institutionnelle ne peut dès lors qu'accepter le verdict des urnes. Seuls le PSU et les étudiants gauchistes dénoncent les « élections-trahison ». Et s'ils tentent d’établir un front uni avec les ouvriers grévistes, les efforts de la CGT pour éviter les contacts avec ces « éléments incontrôlés et irresponsables » sont couronnés de succès. Les « révolutionnaires » étudiants, au demeurant très marginaux, ne parviendront pas à entraîner la classe ouvrière dans l’insurrection. Pourtant, le 7 juin, un lycéen pourchassé par les CRS meurt noyé dans la Seine après des affrontements à Renault-Flins. A Peugeot-Montbéliard deux manifestants sont tués par balles. Le Quartier latin est encore le théâtre d’affrontements nocturnes où des arbres sont abattus et des voitures incendiées. Mais il ne s'agit là que de combats d’arrière-garde. Petit à petit le travail reprend dans le pays. L’Odéon est évacué le 14 juin et la Sorbonne le 16 ; le 18 la grève a cessé chez Renault. A l'approche des élections, le pays a presque retrouvé son image « normale ».

affiche retour ordreAlors que la gauche se montrait profondément divisée, les gaullistes axèrent leur campagne électorale sur le thème de la défense de la République contre la subversion communiste. Les images toutes fraîches des manifestations et des déprédations étudiantes furent systématiquement utilisées pour créer un climat de «grande peur». La poussée de la majorité gaulliste, déjà très net au premier tour des élections (23 juin), se transforma en un succès triomphal, au second tour, le 30 juin 1968 : la majorité enlevait 358 des 485 sièges de la nouvelle assemblée. Le parti gaulliste, à lui seul, s’assurait la majorité absolue des sièges, alors que la gauche sortait politiquement écrasée, le parti communiste perdant 39 sièges, la Fédération de la gauche 61 sièges, les centristes d’opposition 15 sièges. Si la crise de mai 1968 était terminée, elle avait profondément ébranlé la Ve République et moins d’un an plus tard, le général de Gaulle perdait le référendum du 28 avril 1969 et décidait de quitter le pouvoir.

Pour aller plus loin

Mai 68, de Maurice Grimaud et Olivier Wieviorka. Tempus, 2018.

Mai 68, l'héritage impossible, de Jean-Pierre Le Goff. La Découverte, 2006.

Mai 68 . Une histoire du mouvement, de Laurent Joffrin. Points Histoire, 2008.