Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

freres-lumiereC'est aux célèbres frères Lumière, des lyonnais, que la postérité attribue la paternité de l'invention du cinéma. L'invention de la caméra revient à Thomas Edison, concepteur du premier appareil capable d'enregistrer et de visionner des images animés : le kinétoscope. S'inspirant des procédés d'enregistrement photographique du mouvement expérimentés à la fin du XIXe, Auguste et Louis Lumière conçurent la caméra moderne et organisèrent la première projection publique le 28 décembre 1895.

  

L'invention du cinéma

Le cinématographe repose sur l'illusion du mouvement du fait de la persistance rétinienne, avérée dès l'Antiquité par Ptolémée et Pline. C'est ainsi qu'en 1832, en étudiant les lois de la vision, le Belge Joseph Plateau invente le phénakistiscope sur lequel une série de dessins recréent le mouvement. Son principe est perfectionné par d'autres chercheurs, en remplaçant les dessins, d'abord par des photographies, puis par des images projetées. Le premier appareil de chronophotographie apparaît en 1874, quand l'astronome Jules Janssen construit un revolver impressionnant une partie de sa plaque photographique à intervalles réguliers.

CinematographelumiereLe tournant décisif de ces améliorations est accompli en 1888 par Etienne Jules Marey qui reprend l'idée de Janssen mais qui utilise le premier une pellicule sensible. Thomas Edison ne fait que parfaire le dispositif en appliquant des perforations sur la pellicule et des griffes sur les appareils. L'utilisation de son kinétoscope est néanmoins limitée, un seul spectateur pouvant visionner les images projetées à l'intérieur de la boîte d'Edison. Les frères Lumière seront les premiers à "faire sortir les images de la boîte", selon une injonction de leur père Antoine Lumière. Ils ont alors l'idée géniale de s'inspirer du mouvement intermittent de la machine à coudre pour concevoir leur appareil projetant sur un écran les images. Étape ultime : les frères Louis et Auguste Lumière passent de quarante-six à seize images par seconde, améliorent le mécanisme d'entraînement par griffes et brevettent le cinématographe lumière en 1895.

Du noir et blanc à la couleur

En plus du cinématographe, les frères Lumières sont les inventeurs d'un concept : la salle de cinéma. Les images sont projetées sur un écran dans une salle obscure et devant des spectateurs qui ont payé pour assister à la séance. La première a lieu le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café à Paris. Le 7eme art a trouvé sa voie pour toucher un public toujours plus nombreux. Parmi celui-ci un certain Georges Méliès, qui fera les grandes heures du cinéma muet (Voyage dans la lune, 1902). On peut aussi citer Léon Gaumont et les frères Pathé, dont les productions resteront attachées à l'histoire du cinéma français..

Trois innovations décisives vont garantir le succès mondial du cinéma : la couleur, exploitée dès 1913 avec le Gaumontcolor et développée dans les années trente (Technicolor, Kodachrome, Agfacolor, etc.) ; le son synchrone, inauguré en 1927 dans le Chanteur de jazz; l'anamorphose, mise au point par Henri Chrétien dans les années vingt et popularisée en 1953 avec le CinémaScope. Dès lors, le cinéma devient une industrie à part entière. De puissants studios américains et européens inondent les salles obscures du monde entier de productions parfois très coûteuses : péplums et dessins animés côtoient les comédies et les films d'auteur. L'arrivée du numérique bousculera le mode de consommation du cinéma, sans toutefois remplacer la salle obscure des frères Lumière.

voyage dans la lune meliesPour aller plus loin

Les frères Lumière : L'invention du cinéma, de Jacques Rittaud-Hutinet. Flammarion, 1993.

La fabuleuse histoire des inventions - De la maîtrise du feu à l'immortalité. Dunod, 2018. 

- Le musée des Frères Lumière de Lyon.