Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

VoltaireBiographie courte de Voltaire - Présenté comme l’un des plus célèbres écrivains français, Voltaire apparaît également comme l’un des plus importants chefs de file du courant philosophique des Lumières. Parfois considéré au côté de son rival Jean-Jacques Rousseau comme l’un des précurseurs de la Révolution française, Voltaire n’en demeure pas moins un symbole de l’engagement intellectuel, de la tolérance et de la liberté de pensée du XVIIIe siècle.

 

 

BIOGRAPHIE DE VOLTAIRE (complète) :

Voltaire : du libertin au polémiste

De son vrai nom François Marie Arouet, Voltaire est né le 21 novembre 1694 à Paris. Issu de la bourgeoisie parisienne, il est élevé chez les jésuites qui lui donnent une solide formation notamment de rhétorique. Voltaire prend alors le goût de la discussion, du théâtre ainsi que de la littérature antique. Curieux, le jeune Voltaire s’épanouit durant la Régence, période propice à plus de libertés. Il fréquente les salons parisiens et les milieux libertins. Emprisonné près d’une année à la Bastille pour un poème écrit contre le régent, le duc d’Orléans en mai 1717, il adopte à sa sortie de prison, le pseudonyme de Voltaire, anagramme de son nom. Indépendant d’esprit et insolent, Voltaire est à nouveau embastillé en 1726 suite à une querelle avec le chevalier de Rohan.

Voltairepar de La TourSon salut passe par le chemin de l’exil en Angleterre où il séjourne pendant plus de deux ans. Ce séjour exerce une profonde influence sur son esprit. Voltaire y découvre la monarchie parlementaire et libérale anglaise dont il tire les Lettres philosophiques (1734), éloge d’une société où s’exerce librement le progrès des arts et des sciences. En filigrane, c’est la société française qui est critiquée, ses mœurs, ses coutumes ainsi que les privilèges de sa noblesse. Voltaire revêt alors le masque de l’ironie à travers les traits d’étrangers ou de « touristes » venus d’un monde lointain.

A l’identique de Montesquieu dans les Lettres persanes, Voltaire emploiera le même procédé dans ses contes avec le Babylonien Zadig (1747), le Westphalien Candide (1759) ou le Héron de L’Ingénu (1767). Il y déverse son ironie, devenue une marque de fabrique afin d’exposer son point de vue critique sur les mœurs et les institutions. A propos d'institution, il réussira habilement à se faire élire à l'Académie française en 1746.

Sa carrière méconnue comme agent du Secret du Roi

Voltaire fréquente à Paris le baron de Goertz (celui qui rêve de refaire la carte de l’Europe), approche le baron de Hogguers qui tient boutique « de secrets d’Etat », découvre Salomon Levi qui fut espion, agent double ou triple, rencontre le cardinal Dubois ministre du Régent à qui il offre ses services « pouvant aller en Allemagne ayant reçu une invitation du prince Eugène » et grâce à Levi « connaissant les fournisseurs des armées de l’empereur » ! Dix années passent ainsi jusqu’au jour où Voltaire fait circuler une lettre pleines d’éloges et de demande de correspondance qu’il vient de recevoir de Frédéric, roi de Prusse !

Nous sommes au début de la guerre de Succession d’Autriche. Voltaire est alors convoqué par Fleury, le premier ministre de Louis XV, qui l’expédie vers Frédéric de Prusse, afin de connaitre ses intentions. La première rencontre a lieu en septembre 1740 au château de Meuse, la seconde en novembre à Rheinsberg. En juin 1741, Frédéric II et la France signent un traité d’alliance. Mais subitement le roi de Prusse rompt l’alliance un an plus tard et fait la paix avec l’Autriche !

cardinal_de_FleuryNouvelle mission pour Voltaire à Aix la Chapelle : connaitre les raisons de la rupture de l’alliance par le roi de Prusse. En septembre, il rend compte de sa mission par courrier, mais mesure ses mots sachant que ses lettres seront ouvertes et lues « j’eus tout le temps de parler avec beaucoup de liberté sur tout ce que Votre Eminence m’avait prescrit… » ; « Frédéric s’est inquiété des réactions en France à sa sortie de l’alliance, je répondis qu’en effet tous les Français avaient ressenti avec indignation… ». Ses raisons « elles sont si singulières que je doute qu’on en soit informé en France ». En fait les raisons sont simples : « la France est épuisée d’hommes et d’argent et entièrement découragée, s’il vous eût cru plus puissant, il vous eût été plus fidèle ». Et Voltaire de rassurer le cardinal « Frédéric ne cède pas aux propositions pressantes des Anglais » ! Fleury est ravi de lire cette réponse « vous avez parlé d’or, Monsieur, je vous rends mille grâces de votre attention à me faire part de votre conversation avec le roi de Prusse. Vous pouvez compter sur mon estime, sur mon amitié et sur tous les autres sentiments que vous méritez pour ne pas y mettre de cérémonie ».

Seconde mission officielle pour l’espion Voltaire

La guerre continue, bien tristement pour la France en 1743. Voltaire s’est exilé « volontairement » à La Haye : une de ses pièces vient d’être interdite à la Comédie-Française la veille de la première, son accession à l’Académie française est refusée. Il est donc parti d’abord vers la Hollande, puis il terminera chez Frédéric II avec la couverture d’un homme « dégouté de Paris, écœuré de Versailles, qui n’a d’autre issue que de se jeter dans les bras de son adorable monarque » : le Secret a bien travaillé, la première phase de la mission a réussi. Cette fois, c’est une mission officielle, approuvée par Louis XV : « aller voir de près ce qu’il se trame en Hollande, pays qui avait promis son alliance à l’Angleterre, qui avait peur d’une offensive de la France contre les Pays-Bas autrichiens ». Les frais lui seront remboursés, un code secret lui est remis pour lui permettre d’écrire en toute liberté…

Voltaire s’installe à l’ambassade de Prusse à La Haye et attendant d’être reçu par Frédéric, laisse trainer ses yeux et ses oreilles, un peu partout. En l’espace de trois mois, il rapporte tant de renseignements, qu’il prouve être un « génial agent de renseignement » : rapidité dans la détection des sources, diversité dans l’information, recherche minutieuse du détail. Il commence par se procurer les doubles des décisions gouvernementales qu’il envoie à Versailles « je suis en liaison intime avec quelques étrangers (la maîtresse d’un homme d’Etat hollandais) qui me font part de toutes les affaires et qui me mettront en état de brouiller Frédéric II avec l’Angleterre » ; en juillet, il envoie à d’Argenson, secrétaire du ministre de la Guerre, l’état des forces militaires hollandaises : 84 000 hommes divisés en cavaliers, fantassins, dragons, Suisses et artilleurs, ainsi que le budget ordinaire et extraordinaire de la guerre de ce pays ; il y rajoute le montant de la dette hollandaise ainsi que l’intérêt annuel ; il annonce que La Haye a décidé d’envoyer 14 600 hommes vers la coalition contre la France et ajoute « vous pouvez être sûr que les Hollandais ne vous feront pas grand mal. Il est 8 heures du soir ce 15 juillet, à 7heures le général qui attendait l’ordre de partir, a reçu un ordre nouveau de mettre les chevaux à la pâture pour les 15 jours à venir. Les gardes à pied recevront les ordres le 24 juillet. Il est évident qu’on cherche à ne plus obéir aux Anglais, sans leur manquer ouvertement de parole ». Le 18 juillet, il envoie une nouvelle lettre « on dit hier en ma présence au comte de Nassau, général de l’infanterie : vous ne serez pas avant deux mois au rendez-vous ! ».

Très bon diplomate, il réussit à pousser d’Argenson à payer pour « nourrir les chevaux et vêtir les hommes », à être en contact permanent avec les ambassadeurs d’Angleterre et l’envoyé de Hanovre, ainsi que le commandant de l’armée anglaise lord Stairs, tous représentants des forces ennemies, qui ne se méfient pas du tout de Voltaire « on me parle familièrement, tant on me croit peu à portée, par mon caractère et par ma situation, de profiter de cette franchise ». Il informe le Secret du Roi « la coalition a pour objectif d’arracher l’Alsace et la Lorraine à la France ; le roi de Prusse emprunte 400 000 florins à Amsterdam » en émettant la possibilité d’offrir quelques subsides à Frédéric, afin de faire des ravitaillements en Allemagne et ainsi d’affamer les armées des coalisés.

Voltaire_et_Frdric_de_Prusse__Sans_SouciLe 1er août, il annonce le départ des gardes à cheval « les meilleures têtes de la Hollande avouent qu’elles ne seraient pas peu embarrassées si vous envoyez un corps sur la Meuse » et ajoute « un des hommes les mieux instruits m’apprend que les Anglais font au roi de Prusse les propositions les plus fortes. Il m’a promis de m’en donner copie… ». Quinze jours plus tard, il est heureux d’annoncer à d’Argenson « Frédéric refuse le traité défensif proposé par l’Angleterre et la Russie ; l’affaire des munitions continue d’aller bien puisque les transports n’avancent pas » et il joint la liste complète !

Appliqué à sa besogne, il n’avait pas la tête en l’air, au contraire les pieds sur terre et ne se berce pas d’illusions comme il écrit le 27 août en partance pour Berlin pour rejoindre le roi de Prusse « je crois jusqu’à présent n’avoir point donné de faux avis. Je ne veux pas non plus donner de fausses espérances ».

Il fait des jaloux, comme l’ambassadeur de France à La Haye qui pour se venger écrit « je ne dois pas vous dissimuler que le motif de son voyage (Voltaire) auprès du roi de Prusse n’est plus un secret » ! « Pas grave », dit d’Argenson, « Voltaire nous a transmis d’excellents renseignements ; nous espérons par la même occasion qu’il ramènera le roi de Prusse dans l’alliance avec la France ».

A Berlin, la mission est éventée, Frédéric informe « comme il avait quelques protecteurs à Versailles, il crut que cela était suffisant pour se donner des airs de négociateur, il n’avait point de créditif et sa mission devint un jeu, une simple plaisanterie ». Les choses vont plus loin, l’ambassadeur à Berlin reçoit des lettres l’avertissant que son ambassade « va en diminuant à cause de l’influence de Voltaire », lui le rassurait en affirmant qu’il « n’aspirait qu’à être son secrétaire », et vis-à-vis de Frédéric, Voltaire admit qu’on lui avait « suggérer de cultiver les sentiments d’estime réciproque subsistant entre les deux monarques ».

Tout ceci s’apaise après un petit voyage dans la famille du roi de Prusse en Allemagne. Voltaire reprend son courrier pour Versailles en septembre puis en octobre et mentionne « le roi de Prusse veut beaucoup de mal au roi d’Angleterre » et rentre en France avec un mot oral de Frédéric II pour Louis XV « que la France déclare la guerre à l’Angleterre et je marche » ! Voltaire quitte Berlin le 12 octobre 1743, la France déclare la guerre à l’Angleterre le 15 mars 1744, Frédéric prend l’offensive avec 80 000 hommes ! Mission réussie !

De la cour de Versailles à la retraite de Ferney

ferney gravureVoltaire est récompensé : Versailles lui passe commande du divertissement pour le mariage du dauphin avec l’infante d’Espagne, est nommé un mois plus tard historiographe du roi, l’année suivante il est accueillit à l’Académie française et est fait gentilhomme ordinaire de la chambre. Pour autant, Voltaire se prend au jeu d’être un homme de Cour, d’abord auprès de Louis XV à Versailles, puis auprès de Frédéric II de Prusse à Berlin. Cependant, il n’aime guère son statut et se brouille avec le despote éclairé.

Il quitte l’Allemagne en 1753 pour s’installer avec Mme Denis, sa nièce et compagne, à Ferney, près de Genève. La France lui a refusé l’asile, Louis XV n’appréciant guère son sarcasme et son école de pensée.  Son retour ovationné par le peuple à Paris devra attendre l’aube de sa mort survenant le 30 mai 1778. Honneur suprême, sa dépouille est transférée au panthéon le 11 juillet 1791, consacrant sa place dans le siècle des Lumières.

Voltaire, homme de lettres

Si aujourd’hui, Voltaire est passé à la postérité principalement avec ses contes philosophiques, sa vie d’homme de lettres a avant tout débuté avec la poésie et le théâtre. Immense dramaturge pour lequel il voulait être connu, Voltaire a écrit de très nombreuses pièces dans la ligné de Boileau et de Racine, retenons parmi plus d’une cinquantaine : Œdipe (1718), Zaïre (1732), Mahomet ou le Fanatisme (1741). Retenons également sa formidable correspondance épistolaire, soit plus de 20 000 lettres.

Volontiers historien avec Le Siècle de Louis XIV (1751) et un Essai sur les mœurs et l'esprit des nations (1756), Voltaire exprime par ailleurs ses idées, issues du philosophe anglais John Locke, sur le libéralisme dans ses poèmes philosophiques : Discours sur l'homme (1738), Poème sur le désastre de Lisbonne (1756). Cependant, plus que son œuvre de dramaturge ou de poète philosophe, c’est avant tout son combat pour la raison, l’humanité et la tolérance qui l’a rendu célèbre.

Le combat de Voltaire pour la tolérance

Pour les philosophes des Lumières, la littérature est conçue comme un combat. La pensée des Lumières se présente nécessairement comme réformatrice et elle se développe généralement dans un contexte polémique. Et c’est en effet la polémique qui permet d’alimenter les différents genres de la littérature et l’œuvre de Voltaire n’y fait exception : essais, lettres, contes et mêmes articles de dictionnaire (pensons à son Dictionnaire philosophique). Par ailleurs, la pensée des Lumières se veut rationnelle et cet attachement à la raison dans la France d’Ancien Régime ne peut là aussi s’exprimer pleinement que dans la polémique. Et c’est avec cette pensée que Voltaire devient l’un des représentants les plus farouches contre l’obscurantisme et le fanatisme religieux.

Dans sa volonté de vouloir systématiquement écraser « l’infâme » que représente l’Eglise catholique, il se forge une solide réputation et fait intervenir sa notoriété pour défendre des causes ou s’en prendre à l’injustice. Il devient ainsi un véritable modèle d’engagement public, non pas dans le domaine intellectuel des Lumières mais en sa pensée. L’écrivain intervient notamment dans les affaires Calas et Sirven ainsi que dans celle du chevalier de La Barre devenues des symboles de l’intolérance religieuse et de l’arbitraire politique.

Voltaire-BNéanmoins, il reste déiste et l’athéiste virulent de certains de ses confrères comme le baron d’Holbach l’effraie. Voltaire cherche à dépasser le simple discours anticlérical et s’intéresse à la nature de l’homme comme nous pouvons le lire dans Candide ainsi qu’aux rapports avec Dieu dans son Traité sur la tolérance (1763) où malgré un pessimisme globale – rien ne va pour le mieux sur la terre – subsiste une note d’espérance, celle d’une tolérance mutuelle entre les hommes. 

Principales oeuvres

- Lettres philosophiques (1734)

- Zadig ou la Destinée (1747)

- Le Siècle de Louis XIV (1751)

- Candide (1759)

- Traité sur la Tolérance (1763)

Bibliographie

Voltaire en son temps, de René Pomeau. fayard, 1995. 

- Voltaire, biographie de Pierre Milza. Perrin, 2007.

Pour aller plus loin

- Les cahiers de la société Voltaire.