Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


le radeau de la meduse grandLe « romantisme » est une forme de sensibilité littéraire et artistique exprimant le déchirement des passions amoureuses et l’angoisse de la solitude humaine. Aux alentours de 1800, l'Europe entière est touchée par le mouvement romantique. En France, la tradition classique domine les lettres et les arts depuis près de deux siècles. Elle étouffe toute subjectivité jusqu'à la Révolution. Dès lors, le romantisme y est à la fois plus tardif et plus violent, les auteurs romantiques français auront fort à faire pour s’imposer.

 

L'agonie du classicisme

Le terme «romantique» provient de l'adjectif allemand romantisch. Il revêt une signification complexe et floue. Certains le rattachent au terme « roman» qui signifie tout d’abord « langue vulgaire (par opposition au latin) », puis « récit en langue vulgaire ». Mais le romantique allemand Friedrich von Schlegel l’oppose à « classique » en parlant de littérature. Il s’agit donc du refus d’une esthétique dépassée. Un mouvement préromantique se développe en Allemagne et en Angleterre dès la fin du XVIIIe siècle. Quant au romantisme, il apparaît vers 1800 dans les littératures germaniques. En France, on ne parle pas de romantisme avant 1815. Seuls Rousseau et Chateaubriand renouvellent les thèmes et la sensibilité classiques.

Portrait de Chateaubriand sur fond de paysage montagneux 0Hormis ces expériences isolées, on s’en tient aux règles de séparation des genres, aux sujets antiques, à des jeux formels et à une certaine réserve. La poésie manque de souffle. Elle se veut didactique et devient ennuyeuse. Elle imite sans génie, sans originalité même, les productions de la «génération des modèles» (XVIIe siècle). Les dramaturges se contentent également de pâles imitations de Racine. Le classicisme est à l’agonie. Une bonne partie du public réclame un changement radical car, suite aux bouleversements politiques et sociaux récents, les règles dramaturgiques perdent de leur sens et de leur saveur. Ce public apprécie le théâtre de Shakespeare, les romans historiques de Walter Scott et Les Souffrances du jeune Werther de Goethe (1774). Comme dans les autres pays européens, il s’intéresse de près au folklore.

Le romantisme littéraire en France

Deux ouvrages fondamentaux de Mme de Staël (1766-1817) appellent un renouveau littéraire en France : De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (vers 1800) et De l’Allemagne (1813). L’auteur souligne les exigences de sa période. Au nom de la relativité esthétique, Mme de Staël réclame un décloisonnement des genres pour libérer la sensibilité et l’individualisme.

bataille hernani 1830Une génération d’écrivains romantiques voit le jour sous la Restauration, bien que de nombreux auteurs restent classiques. Ces derniers dédaignent le goût pour le Moyen Age, considéré pendant trois siècles comme une période de décadence. Dès 1820, les romantiques se réunissent dans le salon de Charles Nodier à la bibliothèque de l’Arsenal. Ils se font rapidement un nom avec les Méditations poétiques pour Lamartine (1820), les Odes pour Victor Hugo (1822) et les premiers Poèmes pour Vigny. Si Hugo reste relativement modéré au début des années 1820, il devient le chef de fde du mouvement dès 1827, avec sa préface de Cromwell, véritable manifeste littéraire. Le théâtre, miroir de la vie universelle, ne doit pas respecter les règles de bienséance qui placent un voile entre le drame représenté et le spectateur. Hugo prône la juxtaposition du sublime et du grotesque au sein d’une même pièce. Il s’insurge contre la règle des trois unités.

Ses revendications, choquantes aux yeux des classiques, aboutissent à la bataille de 1830, quand il fait représenter Hernani ou l'Honneur castillan, à la Comédie-Française. Si certains arrêtent la période romantique à 1848, ils négligent le fait que l’esprit de ce mouvement ne s’efface pas en quelques années. L’opposition à la tradition marque les esprits jusqu’à nos jours et les écrivains dits symbolistes (Baudelaire, Mallarmé, Verlaine, Rimbaud, etc.) demeurent les héritiers directs du mouvement, sans pour autant le reconnaître.

Le romantisme français dans les arts

Dans le domaine pictural, David règne sur la peinture jusqu’en 1815. Il s’inspire de l’Antiquité et élabore des compositions statiques et austères. Son élève, Gros, rompt rapidement avec l’austérité de son maître. Il innove avec sa puissance chromatique et son souffle épique, visibles dans Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (1804), tableau qui choque les partisans de l’esthétique classique. Deux grands peintres français reconnaissent leur filiation à Gros : Théodore Géricault et Eugène Delacroix. Le Radeau de la Méduse (1819) de Géricault répond à la tradition académique.

liberte delacroixPar contre, le thème s’avère purement romantique. Le peintre se réfère à un fait divers. Le 16 juillet 1816, un navire nommé La Méduse fait naufrage. Cent quarante-neuf rescapés montent à bord d’un radeau. Quinze rescapés sont recueillis à bord de l’Argus. Les autres ont été jetés à l'eau ou dévorés. Géricault exprime toute l’intensité du drame au moment où les survivants aperçoivent l’Argus. À Paris, les journalistes conservateurs attaquent violemment cette toile en laquelle ils voient une critique du régime. Par contre, à Londres, elle rencontre un grand succès et apparaît comme un manifeste de l’école romantique. Par son sujet, elle devient également le symbole d’une génération sans guide.

En 1831, Delacroix termine La Liberté guidant le peuple pour commémorer la révolution de juillet 1830. Il y manifeste son sens du drame, du mouvement et de la couleur. La femme à poitrine dénudée représente la liberté et la victoire. Delacroix manifeste également un goût pour les sujets orientaux qu l’on retrouve également chez Hugo. Dans le domaine musical, le romantisme français est représenté par Hector Berlioz et César Franck.

Au milieu du XIXe siècle, la sensibilité romantique laisse la place au développement d’un courant « réaliste » porté par Baudelaire, Hugo ou Balzac.

Bibliographie

Le Romantisme en France et en Europe, de Gérard Gengembre. Pocket, 2003.

Histoire du romantisme, de Théophile Gautier. Les introuvables, 1993.

Le romantisme français, essai sur la révolution dans les sentiments et dans les idées au XIXe siècle, de Pierre Lasserre. Hachette, 2016.