Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

zeroLe chiffre zéro a été utilisé pour la première fois par les babyloniens au cours du deuxième millénaire avant J.C., avant d’être réinventé par les Mayas puis par les Indiens. Mais ce sont les arabes qui l'intégreront à leur système de numération, pour le diffuser dans toute l'Europe au cours du X° siècle. Rapidement indispensable en mathématiques, il prendra même une dimension mystique...


Les origines du zéro

Outil indispensable de la numération moderne, le zéro est pourtant apparu bien plus tardivement que les autres chiffres. Trois peuples seulement l'ont inventé, indépendamment les uns des autres: les babyloniens tout d'abord, aux environs de 2000 avant J.C., puis les Mayas, au III siècle, et enfin les Indiens vers le V° siècle. Point commun entre ces peuples ? Le système de numération de position, qui ne peut se passer d'un signe indiquant une absence.

Par ailleurs, si les Grecs l'ont apprécié pour l'astronomie (il serait le symbole de la voute céleste) ce sont les Indiens qui ont su exploiter le zéro comme nombre mais aussi comme opérateur.

Une invention aux différentes formes

Le zéro n'a pas toujours eu la forme ronde qu'on lui connait aujourd'hui : les Mayas utilisaient un signe ovale dans lequel s'inscrivait un arc. Les Indiens décrivaient alternativement un point ou un cercle, ce dernier signe ayant ensuite été repris par les arabes qui l'ont transmis aux européens au X° siècle, accompagné des autres chiffres.

Un nombre à la fois vide et infini

Le chiffre 0 est bien sûr synonyme d'absence, mais il sert aussi de point de repère; ainsi, il fixe arbitrairement le seuil de fusion de la glace, mais aussi le point de départ en géométrie.

Il faut attendre le début du XX° siècle pour que le zéro se voit attribuer le statut de nombre, avec toutefois quelques particularités amusantes: il est le seul nombre égal à son opposé, à la fois positif et négatif, neutre lorsqu'il est ajouté à un autre nombre et absorbant dans la multiplication. Mais le plus intrigant est son emploi dans les divisions : d'abord non tolérée car n'ayant pas de sens, la division par zéro permet dans les mathématiques modernes d'atteindre l'infini. Ni plus ni moins !

Le zéro, symbole à la fois du tout et du rien, véritable soleil empli d'énergie, est même parfois considéré comme l'expression du divin...

A découvrir dans notre boutique: Zéro : La biographie d'une idée dangereuse

 

Commentaires sur cet article