Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

petroleLa légende veut que l'industrie pétrolière soit née le jour de l'été 1859 où l'ingénieur Edwin Drake, un ex-employé de chemin de fer qui prétendait être colonel, vit surgir du pétrole de son forage de Titus-ville, en Pennsylvanie. En réalité, dès l'Antiquité, partout où affleuraient les roches pétrolifères, on se servait du bitume comme isolant. Les Egyptiens utilisaient aussi le pétrole pour la momification, les Mésopotamiens comme produit cosmétique et combustible d'éclairage.


Le pétrole : des momies de l'antiquité aux grandes majors de l'ère industrielle


En 1264, lorsqu'il visita Bakou (Azerbaïdjan), Marco Polo décrivit l'exploitation du pétrole de surface, «recueilli en quantités qui pourraient remplir des centaines de navires». Dès 1594, on creusait dans cette région des puits profonds de 35 mètres. En 1830, on comptait 116 forages, qui produisaient 720 barils par jour. Drake n'est pas non plus le premier à forer en adaptant la technique utilisée dans les mines de sel (un trépan suspendu au bout d'un câble qui lui transmet, depuis la surface, un mouvement alternatif créé par un balancier) : l'ingénieur russe Semyonov utilisa cette technique dès 1854, toujours à Bakou.

Si Drake est célébré comme un fondateur, c'est donc uniquement parce que l'industrie pétrolière naissante va se structurer, aux Etats-Unis, autour de grandes compagnies, dont la Standard Oil de John Rockefeller. Ce sont ces majors qui vont mobiliser les capitaux nécessaires à la prospection et à l'installation d'infrastructures lourdes dans des contrées peu accessibles. Une stratégie qui leur procurera une influence politique exorbitante, dans les pays où elles opéreront... tout comme à Washington.

 

Commentaires sur cet article