Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

colisee-romeL'Empire romain correspond à la période au cours de laquelle l’État romain et les provinces d’outre-mer furent sous la souveraineté d’un princeps (empereur). Il débute lorsqu' Octave reçut le titre d’« Auguste » en 27 av. J.-C. et se termine traditionnellement, pour sa partie occidentale, en 476 apr. J.-C. A son apogée, l'empire romain s'étendait depuis la Bretagne jusqu'à la péninsule arabique, réunissant une multitude d'ethnies, de cultures et de religions. L'empire apportait la paix (la fameuse Pax Romana), la stabilité et la prospérité à l'intérieur de ses frontières bien défendues. Mais la tension grandissante exercée par les peuples vivants à sa périphérie l'entraînera inexorablement vers sa chute.

 

Auguste, le fondateur

augusteLes réformes de la République romaine engagée par Jules César ayant été interrompues par son assassinat en 44, c'est à son petit-fils Octave que revient la tâche de poursuivre la mutation du régime politique romain. En 27 av. J.-C., le Sénat décerne à Octave le titre d’Auguste (« consacré » ou « divin »), qui plus tard devient synonyme d’empereur, et celui de princeps (« le premier »). En 13 av. J.-C., il devient Pontifex maximus (« Grand Pontife »), assurant ainsi le contrôle sur la religion.

Ainsi, sans bouleverser de façon radicale le fonctionnement des institutions, Auguste façonne un nouveau régime, le principat, grâce auquel est reconnue la prédominance d’un seul homme, le princeps, dans les affaires de l’État : les institutions républicaines subsistent (comices, Sénat, magistrature), mais perdent peu à peu leurs prérogatives. L’autorité absolue d’Auguste lui est assurée par le cumul des pouvoirs. Auguste (comme ses successeurs) ne porta pas de titre royal. On l’appelait seulement le « Premier » (princeps, d’où vient le mot « prince »).

Auguste a restauré la paix au sein de l'Empire romain après une longue période de guerre civile, lui léguant un système de gouvernement provincial, solide et efficace, contribuant à la stabilité et au développement de l'Empire pour les deux siècles à venir.

Les héritiers d'Auguste

Sans descendance masculine, Octave Auguste désigne son beau-fils Tibère pour lui succéder. ce dernier s'avérera un habile administrateur, assainissant les finances publiques et imposant une stricte discipline dans l’armée. La fin de son règne de Tibère, qui s’est retiré dans une somptueuse villa à Capri, est marqué par de nombreux complots dont celui de Sejanus, le préfet du prétoire. Ce ne sera pas la dernière fois que la garde prétorienne s'immiscera dans la vie politique romaine, faisant et défaisant les empereurs.

tibere busteLe troisième empereur romain Caligula, se rendra tristement célèbre pour sa folie sanguinaire. En 41, les soldats de sa garde prétorienne l’assassine et proclament son oncle Claude empereur, l’imposant au Sénat. Claude renforça les frontières de l’empire par la conquête des provinces de Judée et de Thrace, puis de la Bretagne. Il développa également l'administration, dont il affranchit le personnel, renforçant par là son pouvoir au détriment des magistrats républicains. Enfin, il facilita l'accès au Sénat, et accorda plus largement le droit de cité aux élites locales. Empereur perspicace et compétent, il meurt empoisonné en 54, probablement sur ordre de sa femme Agrippine. Néron, le fils de cette dernière, est proclamé empereur…. par la garde prétorienne.

Sous l'égide de son tuteur Sénèque, les cinq premières années du règne de Néron furent marquées par la modération et la clémence, bien que Néron ait peut-être fait empoisonner son rival, Britannicus. En juillet 64, les deux tiers de Rome brûlèrent tandis que Néron était à Antium ; on l’accusa d’ailleurs à tort d’en avoir été responsable. Les pères de l’Église en firent le premier persécuteur des chrétiens sur la foi de textes peu clairs de Suétone et Tacite, deux histoires peu favorables à l’empereur. Il abrita les sans-abri et reconstruisit la cité en prenant des mesures de protection contre les incendies. Ses programmes de construction, ainsi que les spectacles et les distributions de grain à la population, étaient financés par le pillage de l'Italie et des provinces. Il se voulait un artiste et un visionnaire mystique, scandalisant l'armée et l'aristocratie en jouant en public dans des drames religieux. 

L'apogée de l'empire romain

Néron fut détrôné lors d'un soulèvement de l'armée, et celle-ci eut alors toute latitude pour nommer l'empereur. Elle donna souvent la préférence à des généraux romains, plutôt qu'à des aristocrates. Vespasien et ses fils, Titus et Domitien, les empereurs flaviens, revenant à un principat plus sobre des débuts de l’Empire, tentèrent de restaurer l’autorité du Sénat et de promouvoir le bien-être du peuple. C'est à cette époque que fut construit le célèbre Colisée, qui accueillera entre autres de nombreux combats de gladiateurs. Le règne de Vespasien (69-79) fut marqué par la fin de la révolte des juifs, qui aboutit à la destruction du Temple de Salomon et à la seconde grande Diaspora de l’histoire juive. Ce fut sous le règne de Titus (79-81) que se produisit l’éruption du Vésuve, qui dévasta la région du sud de Naples, dont les villes d’Herculanum et de Pompéi. Bien que la littérature fleurit sous le règne de Domitien (81-96), celui-ci se révéla bientôt un tyran cruel et suspicieux, instaurant une période de terreur qui ne s’acheva que par son assassinat.

colisee romeL'Empire atteignit sa plus grande prospérité au cours du IIe siècle, et il eut la chance d'être gouverné par une succession d' empereurs de grande envergure :  la dynastie des Antonins. Le pouvoir politique à Rome se concentre de plus en plus autour de l'empereur, aux dépens du Sénat, très affaibli. Trajan (98-117) se battit contre les Daces, les Arméniens et les Parthes, et se signala pour son excellente administration. L’Empire atteignit sous son règne son extension extrême. L’auteur satirique Juvénal, l’orateur et épistolier Pline le Jeune et l’historien Tacite furent tous trois des contemporains de Trajan.

adrien busteLes vingt et un ans du règne d’Hadrien (117-138) furent une période de paix et de prospérité. En abandonnant certains territoires à l’est, Hadrien consolida le reste de l’Empire et stabilisa ses frontières. Le règne de son successeur, Antonin le Pieux (138-161), fut également serein et pacifique. Celui de l’empereur suivant, le philosophe stoïcien Marc Aurèle, qui régna (161-180) collégialement avec Lucius Aurelius Verus jusqu’à la mort de ce dernier en 169, fut troublé par les incursions menées par différentes tribus migrant dans diverses parties de l’Empire.

Les Antonins furent confrontés à l’émergence du christianisme qui remettait en question les fondements religieux du gouvernement impérial en refusant le culte de l’empereur. Après les voyages de saint Paul au Ier siècle, le christianisme connut un immense succès d’abord en Asie, puis en Occident : selon certaines estimations, la moitié de la population d’Asie aurait été convertie au christianisme dès le milieu du IIe siècle. Ce phénomène entraîna de la part des empereurs le recours à une répression systématique, qui se traduisit par des persécutions tragiques.

marc aureleÀ Marc Aurèle succéda son fils Commode (180-192). L’un des tyrans les plus sanguinaires de l’histoire, il fut assassiné. Les désordres du règne de Commode, comme ceux connus sous Caligula ou Néron, traduisaient aussi une mutation du monde romain : son extension et sa richesse en faisaient un pôle d’attraction pour tous les peuples avec lesquels il était en contact ; la pression des Barbares s’accroissait non seulement aux frontières, ce qui avait amené les Antonins à systématiser la fortification du limes, mais aussi à l’intérieur même de l’Empire où, par le commerce et par la participation aux troupes auxiliaires, ils étaient de plus en plus présents. La romanité, qui avait accepté sans difficulté la prééminence du modèle culturel hellénique dès l’époque républicaine, était confrontée à la nécessité absolue d’une nouvelle adaptation.

La Pax Romana impose la civilisation romaine

Le vaste monde romain était divisé en provinces, chacune possédant sa propre administration juridique. La politique romaine consistait à persuader les notables de la région de prendre part au gouvernement local ; leurs bons et loyaux services étaient récompensés par l'attribution de la citoyenneté romaine. En dépit de l'existence d'une religion d'État, les différents peuples à l'intérieur de l'Empire adoraient des centaines de dieux, les Romains tolérent toute religion n'impliquant pas de sacrifice humain. Ils attendaient des citoyens qu'ils observent le culte officiel de l'empereur et offrent des sacrifices aux dieux romains ; tout refus était considéré comme un signe de déloyauté. Les Juifs et les chrétiens, qui ne tenaient pas part à ces cultes, furent souvent persécutés.

pont du gardTous les peuples de l'Empire romain étaient encouragés à adopter le mode de vie romain. Que ce soit en Bretagne, près du Danube, en Palestine ou en Afrique du Nord, les Romains édifièrent des villes selon un plan identique, avec des aqueducs pour assurer l'alimentation en eau courante, des bains, des théâtres, et tous autres agréments qu'ils jugeaient essentiels pour mener une vie civilisée. L'armée contribua également à diffuser le style de vie romain. Ainsi, les provinciaux pouvaient s'engager dans les "troupes auxiliaires. Les hommes servant dans l'armée y apprenaient le latin, la langue de l'Empire romain, et obtenaient la citoyenneté romaine à leur départ en retraite. De la sorte, ils en vinrent à se considérer non pas comme des peuples conquis, mais comme des Romains à part entière.

En 212 la citoyenneté romaine fut accordée à tous les habitants libres de l'Empire. Le latin remplaça peu à peu en Occident la plupart des langues locales (le celte survécut en Bretagne, le basque, dans les Pyrénées), Les langues romanes (l'italien, le français, l'espagnol, le catalan, le portugais et le roumain) se développèrent toutes à partir de dialectes latins régionaux. Le latin ne fit pas la même percée dans les provinces orientales de de l'Empire ; le grec y demeura longtemps la langue la plus parlée. 

Economie et défense de l'empire romain

mur hadrien reconsitutionA l'intérieur des frontières de l'Empire, le commerce prospérait, sans la menace de la guerre ou des pillages, et la monnaie romaine était à la base de toutes les transactions. L'Empire pourvoyait à ses propres besoins fondamentaux. Un important commerce de denrées agricoles s'était développé pour alimenter les villes, en pleine expansion : Rome, qui était de loin la plus grande, importait des céréales d'Égypte, d'Afrique et de Sicile. Le réseau de routes dallées de Rome était le plus développé du monde antique et le bassin méditerranéen strictement contrôlé. La plupart des habitants étaient des paysans qui fabriquaient eux-mêmes leurs objets et habits de tous les jours. Quant aux coûteux produits de luxe destinés aux plus fortunés, tels les épices, les soies, les parfums, l'ivoire et les pierres précieuses, ils étaient importés de Chine, d'Inde et d'Afrique de l'Est.

La prospérité de l'Empire commença à décliner au IIIe siècle. Les tensions aux portes de l'Empire s'accentuant sous la pression des peuples barbares, il fallut renforcer la défense aux frontières. Pour trouver les ressources nécessaires pour payer les armées romaines, on réduisit la valeur en argent des pièces de monnaie. Bientôt, la population vit le prix de tous les biens augmenter, et l'inflation monta en flèche, dégradant le prestige impérial. Si un empereur ne remportait pas la victoire au champ de bataille, les soldats sous ses ordres pouvaient fort bien le déposer voir l'exécuter. Les guerres civiles étaient fréquentes et Germains et Perses entre autres en profitèrent pour mener des incursions dévastatrices dans l'empire. Sur 26 empereurs qui régnèrent entre 235 et 284, tous, à l'exception d'un seul, périrent de mort violente.

La partition et la chute de l'empire romain

empereur constantinDioclétien (284-305) comprit que l'empire était trop vaste pour être gouverné par un seul homme, et le réforma en le divisant en une partie occidentale et une partie orientale, chacune possédant son propre empereur (l'Auguste) et son héritier (le César). Avec le temps, deux capitales se détachèrent : Rome, en Occident, et Constantinople, en Orient. Dioclétien doubla les effectifs de l'armée. Il fallut à nouveau augmenter massivement la pression fiscale, ce qui causa davantage de problèmes : en de nombreux endroits de l'Empire, ces charges écrasantes laissaient à peine de quoi vivre aux paysans. Il en résultat une importante baisse démographique et conjointement des problèmes de recrutement pour l'armée, qui du avoir recours aux mercenaires, pour la plupart germains.

En 313, Constantin le Grand (306-337) étendit la tolérance religieuse au christianisme, Né païen, Constantin considérait que le dieu des chrétiens était intervenu pour lui offrir une victoire décisive à la bataille du pont Mïlvius un an plus tôt. Il promulgua l'édit de tolérance de Milan, qui délivrait les chrétiens de la crainte de la persécution. Bien que n'ayant été baptisé que sur son lit de mort, il ordonna pendant son règne de faire construire des églises un peu partout dans l'empire. Le christianisme vint à influencer tous les aspects de la vie romaine, au risque de miner sa cohésion. En 391, l'empereur Théodose ( 379-395) mit un terme au culte païen traditionnel, et reconnut le christianisme comme religion officielle de l'Empire.

invasions barbares

A la fin du IVe siècle, les Huns, originaires d'Asie centrale, émigrèrent en Europe de l'Est. Ils poussèrent les tribus germaniques vers Rome. Certains reçurent des terres à l'intérieur de l'Empire en contrepartie du service militaire, mais ils se révélèrent des alliés peu fiables. L'empire d'Occident était incapable de résister aux continuelles invasions en Gaule, en Espagne et en Afrique du Nord.

Sous Attila (434-453), "le fléau de Dieu", les Huns dévastèrent eux aussi l'Empire avant d'être défaits par une coalition de Romains et de Germains, aux Champs catalauniques. A la fin du Ve siècle, il était trop tard pour sauver l'empire romain d'Occident : lorsque l'on déposa son dernier empereur Romulus Augustule, en 476, il s'était déjà effondré, rongé de l'intérieur comme de l'extérieur. L'empire romain d'Orient, qui sera dénommé par la suite l'Empire byzantin, lui survivra néanmoins pendant presque mille ans.

Bibliographie

Histoire générale de l'Empire romaintome 1tome 2tome 3, de Paul Petit. Points Histoire.

Géopolitique de l'Empire Romain, de Yann Le Bohec. Ellipses, 2014..

- Marcel Le Glay, Yann Le Bohec, Jean-Louis Voisin, Histoire romaine, PUF, 2006