Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

halloweenLe terme Halloween est la contraction de l’expression anglaise « All Hallows Eve » qui signifie « La veille de tous les saints ». Son origine remonte à plus de 2500 ans sous le nom de la fête de Samain. Cette fête celte et gauloise était célébrée pour accueillir la nouvelle année mais aussi les esprits des défunts. Festin abondant, partage de l’hydromel, sacrifices rituels, et entretien du feu nouveau par les druides rythmaient cette semaine de festivité. Comment Halloween était-il pratiqué chez les celtes ? Quel conte irlandais a-t-il inspiré les Américains ? Voici un petit aperçu historique et géographique de cette tradition automnale.

Les origines et les fêtes celtiques

Halloween trouve sa source dans une fête rituelle celtique connue sous le nom de Samain. En Gaélique actuel, Samain se traduit par le mois de Novembre et symbolise la fin de l’été. Il y a plus de 2500 ans, en Irlande, Grande-Bretagne et au nord-ouest de la Gaule, l’année celte s’achevait à la fin du mois d’octobre, une nuit de pleine lune. A cette occasion, une fête obligatoire était célébrée en l’honneur de la nouvelle année à venir.

Samain en irlandeIl faut savoir que l’année celte se décompose en deux périodes : une moitié sombre commençant le 1er novembre à Samain et une moitié lumineuse  débutant le 1er mai à Beltaine. En raison du climat doux et humide, les pays d’Europe de l’Ouest n’ont que deux saisons principales : l’hiver et l’été. A la fin de l’été, le rythme de vie de la communauté évolue. A cette période de l'année, les troupeaux sont rentrés à l’étable pour être protégés du froid, et la communauté, quant à elle, est libérée des travaux agricoles.

Chez les celtes, le calendrier est lunaire et non solaire comme le calendrier grégorien, c'est-à-dire que les grandes fêtes ne pouvaient avoir lieu à dates fixes. En réalité, la fête de Samain se déroule la nuit de la pleine lune la plus proche. C’est donc par « commodité » que le jour d’Halloween sera fixé au 31 octobre. La nouvelle année qui permet d’ouvrir une brèche entre les vivants et les morts, fait de Samain, une fête si particulière et pas seulement religieuse.

La fête de Samain : l’ancêtre d’ Halloween

La fête de Samain dure 7 jours : trois jours avant et trois jours après la pleine lune et est obligatoire quelle que soit l’origine sociale sous peine de châtiment divin. Le festin  se compose en abondance de viande de porcs, de bière, d’hydromel et de vin. Le porc qui est considéré comme une divinité destructrice et redoutable, est une viande sacrée censée procurer l’immortalité. L’hydromel est un alcool doux, une boisson fermentée à base d’eau et de miel.

Cette fête est destinée à créer des passerelles entre les deux mondes (celui des vivants et des morts) où chacun est invité à venir de l’autre côté. Les défunts perdent alors leur don d’invisibilité. Il s’agit d’une célébration de l’orgie au sens où l’on se retrouve « au milieu » du monde réel et imaginaire. Les termes « milieu » et « ivresse » auraient une racine commune dans les langues celtiques. Cette fête est accompagnée de chants et de jeux rituels à travers des sacrifices et la mise en place du feu nouveau. Tous les gaulois se devaient d’éteindre le feu de leur foyer pour que les druides en rallument un nouveau afin de célébrer l’année à venir.

SamainSamain n’est pas seulement une fête sacrée, elle est aussi politique, militaire et commerciale où des contrats peuvent s'y établir. C’est un événement qui se veut avant tout pacifique mais c'est aussi l'occasion de renouveler les pouvoirs du roi qui préside la cérémonie.

La conquête romaine influencera les traditions celtiques en introduisant la fête de la moisson en l’honneur d’une déesse étrusque : Pomone. Par la suite, le christianisme qui rejetait le rituel païen en le diabolisant, l’éliminera de la fête de la Toussaint. Les traditions païennes subsistèrent malgré les destructions d’anciens temples. C’est en 837 que la fête de tous les saints est inscrite sur le calendrier liturgique. Celle d'Halloween sera donc célébrée la veille.

Du navet à la citrouille : l’exportation des contes celtiques en Amérique

En 1846-1848, suite à la maladie de la pomme de terre, les Irlandais migrèrent vers les Etats-Unis et emmenèrent avec eux contes et légendes. Vous connaissez sans doute la légende de Jack O’lantern, ivrogne qui osa défier le diable en lui jouant des farces et qui fut chassé du paradis le 31 octobre veille de sa mort. Il sera condamné à errer éternellement avec une lanterne. Celle-ci comprend un navet qu’il était en train de manger, et une bougie qu’il mit à l’intérieur pour éviter que le vent ne l’éteigne.

C’est depuis la fin du XIXe siècle qu' Halloween est une fête nationale aux Etats-Unis avec la traditionnelle quête de bonbons de maison en maison et le fameux Trick or Treat : les friandises ou le mauvais sort. Beaucoup plus facile à sculpter que le navet, la citrouille sera le symbole phare de cette fête. Un film d'horreur de John Carpenter, vendredi 13, donnera une supplément de frisson à la nuit d'halloween.

Halloween, entre tradition et marketing

enfants citrouilles halloweenLa tradition celtique d'allumer des feux pour fêter Halloween a survécu jusqu'aux Temps modernes en Écosse et au pays de Galles, et toutes les manifestations d'Halloween ont conservé la tradition des revenants et des sorcières. Les traces de la fête romaine de la moisson survivent avec la coutume, aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, de jouer à des jeux qui utilisent des fruits, comme le plongeon dans un bassin pour récupérer des pommes. On retrouve la même origine romaine dans la coutume des citrouilles évidées et sculptées en forme de masques grotesques, éclairées de l'intérieur par une bougie.

La tradition d'Halloween fait ses débuts en France en 1997 avec la sortie d’un nouveau téléphone baptisé « Olaween » accompagnée d’une campagne atypique et la mise en place de 8000 citrouilles au Trocadéro. En 2000, c’est l’une des plus grandes fêtes après Noël et Pâques, mais qui depuis semble avoir perdu de sa magie, jugée trop commerciale. A noter que cette fête d'halloween n’est pas à confondre avec la veillée de la toussaint ni avec celle des morts qui se déroule le 2 novembre. 

Bibliographie


- De Jean Markkale, Halloween, histoire et traditions, Imago, 2000

- De Leroux Guyonvarc, Fetes celtiques, Edition Ouest France, 1995